Employés

You are here

Le Premier ministre Quassa et la ministre de la Santé présents à la clinique mobile de dépistage de la tuberculose et au festin communautaire de Qikiqtarjuaq

09 février 2018 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

 

Le Premier ministre Quassa et la ministre de la Santé présents à la clinique mobile de dépistage de la tuberculose et au festin communautaire de Qikiqtarjuaq

Qikiqtarjuaq, Nunavut (Vendredi, 9 février 2018) – Une clinique mobile de dépistage de la tuberculose – élément d’une vaste stratégie pour réduire le nombre de cas de tuberculose au Nunavut – est entrée en service à Qikiqtarjuaq plus tôt cette semaine. Aujourd’hui, le Premier ministre Paul Quassa s’est rendu à cette clinique avec la ministre de la Santé, Pat Angnakak.

Pour leur visite, le Premier ministre et la ministre de la Santé étaient en compagnie du président de l’organisme Inuit Tapiriit Kanatami; Natan Obed; de la présidente Aluki Kotierk, de Nunavut Tunngavik Inc.; du président de la Qikiqtani Inuit Association, PJ Akeeagok; et de la mairesse de Qikiqtarjuaq, Mary Killiktee.

La clinique spéciale de dépistage de la tuberculose, ouverte depuis le 5 février, a été créée en réponse à l’envergure que prend la tuberculose active dans la localité et le territoire. En effet, l’infection tuberculeuse active ou latente touche environ dix pour cent de la collectivité de Qikiqtarjuaq. Au cours de cette première semaine de dépistage, plus de 80 personnes, dont des personnes avec des symptômes de tuberculose active et des familles avec de jeunes enfants, sont passées à la clinique.

« Cette clinique est historique à plusieurs égards. Sa création permet d’assurer à chaque personne résidant dans la communauté l’accès à la meilleure expertise médicale et aux technologies de pointe dans le dépistage, le traitement et la surveillance de la tuberculose », déclarait le Premier ministre Quassa. « En offrant ces soins dans la communauté, on vient aussi diminuer la stigmatisation et le traumatisme historique des années 1950 et 1960 autour du traitement de la tuberculose des Inuits dans les sanatoriums. Nous avons vu naitre une collaboration exemplaire entre nos partenaires territoriaux, fédéraux, inuits et locaux, preuve de notre capacité de réconciliation en soins de santé. »

Le ministère de la Santé a pu compter sur les ressources et l’aide de l’Agence de la santé publique du Canada, du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario, du Centre hospitalier St. Joseph et d’autres cliniciens pour pourvoir des rôles vitaux comme celui de technicien en radiologie et d’inhalothérapeute. Les activités de la clinique devraient se prolonger pour sept à six semaines encore et les traitements continueront à être administrés par le centre de santé de Qikiqtarjuaq.

« Bien que la mise sur pied d’une clinique mobile constituait une opération d’envergure, nous sommes déterminés à réduire le fardeau de l’infection tuberculeuse chez les Inuits du Nunavut », a affirmé la ministre de la Santé, Pat Angnakak. « Nous sommes également déterminés à nous dépasser et à être attentifs à la communauté. Avec cette clinique, nous appliquons le principe inuuqatigitsiarniq, le respect de l’autre, le respect des relations et la compassion envers les autres. »

###

Relations avec les médias :

Ron Wassink
Spécialiste des communications
Ministère de la Santé
(867) 975-5710
rwassink@gov.nu.ca