Employés

You are here

Les gouvernements du Nunavut et du Groenland et le Conseil circumpolaire inuit publient une déclaration commune sur les changements climatiques

08 décembre 2015 

Les gouvernements du Nunavut et du Groenland et le Conseil circumpolaire inuit publient une déclaration commune sur les changements climatiques 

PARIS, France (le 8 décembre 2015) – Aujourd’hui, les gouvernements du Nunavut (Canada) et du Groenland (Danemark) et le Conseil circumpolaire inuit (CCI) ont publié une déclaration commune sur les changements climatiques à l’occasion de la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) qui se déroule à Paris. 

L’Arctique subit les effets graves des changements climatiques, notamment le dégel du pergélisol, des hausses de température extrêmes, le recul des glaciers, la perte de glace de mer, des phénomènes météorologiques extrêmes et des conséquences négatives sur la faune. Même de modestes changements de température perturbent la façon dont les collectivités du Nord vivent et travaillent. 

Reconnaissant que les émissions de gaz à effet de serre sont causées par les nations industrialisées et des activités qui se déroulent à l’extérieur de l’Arctique, Peter Taptuna, le premier ministre du Nunavut, Vittus Qujaukitsoq, ministre des Finances, des Ressources minérales et des Affaires étrangères du Groenland, et Okalik Eegeesiak, présidente du CCI, ont demandé à toutes les nations participant à la COP21 de conclure un accord de Paris qui : 

  • réitère avec force le principe d’une responsabilité commune mais différenciée pour lutter contre les changements climatiques; 
  • mette en place des mesures renforcées pour stabiliser les concentrations mondiales de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère en dessous de 450 parties par million pour limiter l’augmentation de la température mondiale à moins de 1,5 °C à 2 °C; 
  • reconnaisse et protège les droits des peuples autochtones et les valeurs, les intérêts, la culture et les traditions des peuples de l’Arctique; 
  • garantisse l’accès égal au droit au développement, également pour les peuples de l’Arctique; 
  • reconnaisse le coût extrêmement élevé de la vie dans l’Arctique et n’impose pas de fardeaux financiers supplémentaires aux régions de l’Arctique; 
  • appuie le développement et l’expansion de solutions énergétiques qui permettent de réduire les émissions de GES, également pour des régions comme l’Arctique; 
  • s’assure que la sécurité alimentaire des Inuits est protégée; 
  • sensibilise à la nécessité d’avoir des mesures d’adaptation dans les régions touchées de façon disproportionnée par les changements climatiques, comme l’Arctique, et du financement pour soutenir ces initiatives; 
  • reconnaisse l’importance du savoir autochtone et sa grande contribution à notre compréhension des changements climatiques, et reconnaisse sa valeur comme étant égale à celle des données scientifiques. 

Les trois parties se sont aussi engagées à conjuguer leurs efforts pour veiller à ce que tous les Inuits de l’Arctique puissent s’exprimer d’une voix forte et unifiée sur la question des changements climatiques. 

Déclarations 

« Nous sommes ici pour lancer un message urgent au nom des habitants du Nord. Lorsqu’il est question de changements climatiques, le Nunavut est l’une des régions les plus vulnérables de la planète. Nous sommes extrêmement inquiets des répercussions des changements climatiques sur la glace de mer et sur notre mode de vie. Nous nous adressons aujourd’hui à vous, avec le gouvernement du Groenland et le Conseil circumpolaire inuit, pour demander aux membres des Nations Unies de parvenir à une entente qui tienne compte des répercussions des changements climatiques dans l’Arctique. » 

- Peter Taptuna, premier ministre du Nunavut 

« Le Groenland a un rôle important à jouer dans la promotion de la recherche internationale sur le climat. Nous réalisons des recherches de calibre mondial dans ce domaine, tout y intégrant la dimension de la vie humaine dans l’Arctique. Le processus d’élaboration des politiques internationales doit tenir compte de la voix commune des peuples inuits et du savoir-faire traditionnel des habitants des quatre coins de l’Arctique. Par-dessus tout, les peuples autochtones de l’Arctique doivent être assurés d’un accès égal au droit au développement. Le document final de la 21e Conférence des parties doit faire mention des droits et des intérêts des peuples autochtones. » 

- Vittus Qujaukitsoq, ministre des Finances, des Ressources minérales et des Affaires étrangères du Groenland 

« À titre de représentante des Inuits de l’Arctique, j’ai pu constater les effets des changements climatiques dans plusieurs pays, de l’Alaska au Groenland, Canada et Chukotka. Les efforts pour atténuer les effets des changements climatiques et pour s’y adapter devraient prendre en considération les expériences des Inuits et des autres peuples autochtones puisque nous en subissons les conséquences plus directement. L’accord de Paris et son implantation doivent donc respecter les droits des peuples autochtones pour le bien de toute la planète. » 

- Okalik Eegeesiak, présidente du Conseil circumpolaire inuit 

### 

Renseignements aux médias 

Yasmina Pepa 
Chef, Affaires publiques 
Bureau du premier ministre Taptuna 
Tél. : 00 1 867 222-0961 
ypepa@gov.nu.ca 
www.premier.gov.nu.ca/fr 

Carole Simon 
Adjointe de direction 
Conseil circumpolaire inuit (Canada) 
75, rue Albert | bureau 1001 
Ottawa | Ontario | K2J 1T1 
Tél. : 00 1 613 293-9728 
www.inuitcircumpolar.com 

Pernille Bengtsen
Immikkut Siunnersorti Conseillère spéciale
Nunanut Allanut Pisortaqarfik
Ministère des Affaires étrangères
C.P. 1340, 3900
Nuuk
Oq./Tél. : +299 345161 / +299 553327
pebe@nanoq.gl
www.naalakkersuisut.gl